Freelance informatique : quel statut choisir ?

freelance informatique

Se lancer en Micro-entrepreneur

La micro-entreprise (anciennement connu sous le nom d’auto-entreprise) est un régime simplifié de l’entreprise individuelle. La création d’une micro-entreprise est simple : il suffit de réaliser une déclaration sur le site autoentrepreneur.urssaf.fr.

Outre cette simplicité de création, les avantages de la micro-entreprise sont les suivants :

  • Vous bénéficiez d’un allègement de cotisation sociales et ne payez que 23% au lieu des 45%.
  • Sous un plafond de chiffre d’affaires de 34 400 € par an, vous n’êtes pas soumis à la TVA, ce qui représente un avantage si vos clients sont des particuliers ou des associations (car ces derniers ne peuvent pas récupérer la TVA).
  • La comptabilité d’une micro-entreprise est allégée. Vous devez néanmoins tenir un livre de recettes et un registre des achats.
  • Il est aussi simple de créer votre micro-entreprise que de la clôturer.

Cependant, la micro-entreprise présente également des inconvénients :

  • Vous exercez en votre nom propre, ce qui signifie que votre patrimoine personnel et professionnel sont confondus.
  • Si vous dépassez le plafond de 72 500 € de chiffre d’affaires par an, vous perdez le bénéficie de la micro-entreprise et passez sur le régime classique de l’entreprise individuelle avec un doublement de vos cotisations sociales.
  • Vous cotisez au SSI (sécurité sociale des indépendants) et n’êtes pas affilié au régime général des salariés.
  • Vous êtes soumis à l’impôt sur le revenu sur la totalité de votre chiffre d’affaires (après un abattement de 50%). Cet impôt étant un impôt progressif, il n’est pas avantageux si vous déclarez des chiffres d’affaires élevés.
  • Enfin, vous ne pouvez pas déduire vos investissements (matériels, location…) ou vos frais professionnels de votre bénéfice.

Créer une entreprise unipersonnelle

Certains freelances optent pour la création d’une société unipersonnelle telle qu’une EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) ou une SASU (société par actions simplifiée). Vous devrez alors procéder à un certain nombre de formalités administratives (rédaction de statuts, dépôt d’un capital social, établissement d’un siège social, enregistrement au greffe…). Si vous optez pour la création d’une société unipersonnelle, il est fortement recommandé d’être accompagné par un expert-comptable pour la tenue de votre comptabilité et la réalisation de vos bilans.

Contrairement à la micro-entreprise, l’avantage de créer une société unipersonnelle est que vous n’êtes pas soumis à un plafond de chiffre d’affaires. Vous pouvez également déduire vos investissements et vos frais professionnels de votre bénéficie imposable.

Enfin, votre statut social dépend du type de société que vous déciderez de créer. En SASU, vous serez assimilé salarié avec les avantages liés à ce statut (santé, retraite), à l’exception de l’assurance chômage. En EURL, vous serez assimilé à un travailleur non salarié affilié à la sécurité sociale des indépendants (moins avantageux en termes de protection sociale).

Utiliser les services d’une société de Portage salarial

Le portage salarial permet au freelance informatique d’exercer son activité sans avoir à créer son entreprise. Le fonctionnement est simple, il repose sur une relation tripartite entre le freelance, son client et la société de portage salarial. Cette dernière joue le rôle d’intermédiaire en prenant à sa charge tous les aspect administratifs (signature des contrats, facturation, suivi des règlements, déclaration des cotisations sociales et établissement des bulletins de salaire).

Avec ce dispositif, le freelance informatique se décharge de toute la gestion administrative, financière, comptable de son activité, ce qui lui permet de se concentrer uniquement sur la réalisation de ses missions. Le freelance devient salarié et bénéficie alors de la protection sociale liée à ce statut (régime général de la sécurité sociale, chômage, retraite, prévoyance, mutuelle).

Chaque mois, la société de portage salarial transforme environ 50% du chiffre d’affaires hors-taxe réalisé par le freelance informatique en salaire (les autres 50% correspondant aux cotisations sociales et aux frais de gestion de la société de portage). Certaines sociétés de portage salarial permettent également l’optimisation de ses revenus grâce à différents dispositifs tels que le remboursement des frais professionnels, l’accès à des plans d’épargne (PEE, PERCO), la mise en place de tickets restaurants, l’octroi de chèque cadeaux ou de chèques emploi service.

Pour savoir si cette solution peut vous convenir, le mieux est encore de demander une simulation de salaire en ligne.

Freelance informatique : quel statut choisir ?
5 (100%) 2 votes