Un homme sans volonté : l’hésitation perpétuelle

Un homme sans volonté : l’hésitation perpétuelle

Une plongée dans la haute aristocratie des plus beaux arrondissements parisiens, ça vous dit ? Mais attention, sur fond de quête de sens, de personnages à la fois affriolants et torturés, et de débats intérieurs qui empêchent toute action. C’est ce que nous propose le roman « Un homme sans volonté » de Marc Desaubliaux paru aux éditions Des auteurs, des livres.

Une vie à choisir pour « Un homme sans volonté »

« Quand l’âme est indécise… Elle se meurt« . Voilà qui a le mérite de nous plonger dans le vif du sujet. Celui de l’indécision de Louis Puissonnier-Tavernier, que l’auteur nous dépeint avec une justesse époustouflante, dans la quête de sa place dans le monde, et surtout au sein de sa propre famille, qui l’accompagne tout au long de l’ouvrage.

Car ce jeune homme est un être qui souffre, en découvrant ce que la vie a à lui offrir : un choix entre sa passion mouvementée pour la peinture, et sa destinée de suivre l’enseignement des établissements les plus prestigieux de la capitale. L’intrigue se déroule en effet entre Paris, la commune reposante (et refuge) de Chézy, où la demeure familiale est adossée à la Marne, et les périls de l’URSS.

Mais les choix ne se résument pas à sa carrière. Timidité maladive ou accès de colère incontrôlable, amour charnel ou sentiments purs, tranquillité d’esprit ou agent infiltré, se marier ou renoncer… Le problème de Louis reste entier : il ne sait pas choisir et son inaction le mène à devenir spectateur de sa propre vie. Louis vit dans l’ombre de la maladie de sa sœur Eugénie et s’efface peu à peu de la famille pour lui laisser la place dans l’inquiétude de ses parents.

Sentiments et personnalité

Dans « Un homme sans volonté » les sentiments et les interrogations font rage. Les personnages passent sous silence les vérités les plus dérangeantes, au profit de l’art qui s’exprime sous toutes ses formes : la peinture de Louis, véritable témoin de ses émotions, les mystérieux poèmes du fantasque Padoy, la musique classique, que tous écoutent pour se détendre et qui leur fait tourner la tête lors de soirées bourgeoises, la photographie, où Carole-Anne excelle avec ses reportages aux quatre coins du monde.

La bourgeoisie parisienne se mêle à l’aristocratie russe des Romanov, derniers héritiers du tsar, et enivre Louis au point de lui offrir un second souffle, le temps d’une mission pointue réalisée en 1979.

Marc Desaubliaux oppose des personnages hétéroclites à la mélancolie de jeune homme. On y retrouve deux grands peintres, Francis Pavel et Antoine de Brétilly, qui impressionnent et conseillent l’artiste en devenir, mais aussi le grand-duc Vladimir, qu’il rencontre par le biais de son ami d’enfance Dimitri, descendant de Nicolas II. Sa relation intime avec sa tante Berthe, aide et soutien inconditionnel, le mène à se dévoiler et à oser prendre son indépendance.

Autre figure lunaire : Padoy, le poète abracadabrant et injurieux, qui évolue dans le Quartier Latin, avec son esprit et ses tours de passe-passe, qui sont non sans rappeler « L’homme aux Cercles Bleus » de Fred Vargas. Sans compter également sur ses « amis » ou connaissances : Dimitri, Timothée, le chef scout Jean, rival de la première heure… L’auteur entoure certes Louis d’une famille fragile, mais le rehausse d’un panel de rencontres teintées d’originalité.

Indécision amoureuse

Le cœur de Louis hésite tout au long du roman entre Jeanne et Carole-Anne, dont on suit également le parcours. La narration oscille entre un regard extérieur, sur leur appréhension d’un environnement connu, que tous les jeunes adultes expérimentent, et les pensées les plus profondes de Louis et « Car-Anne », comme la surnomme sa famille. L’histoire les unit depuis leur rencontre des années 70′ jusqu’à ce jour de mars 2018, qui en résulte d’une réaction « cardiaque », épilogue de toutes ces années à goûter aux plaisirs charnels.

« Un homme sans volonté » est le récit puissant « d’un gamin qui s’amuse » tout au long de sa vie, où les caractères jouent un double jeu, tout en étant d’une extrême honnêteté envers eux-mêmes, et où l’on constate la puissance de l’environnement familial et social.

Où acheter le livre

Sur le site l’auteur : www.marc-desaubliaux.fr
Sur le site de la maison d’édition : www.desauteurs-deslivres.fr
Dans votre librairie la plus proche

Donnez votre avis !