Jeux d’argent en ligne : légalité et fonctionnement

Il convient de noter que, pour fréquenter les casinos en ligne dans le plein respect de la législation française, il est essentiel de choisir uniquement les sites qui ont été reconnus par l’ARJEL, c’est-à-dire l’Autorité de Régulation des Jeux d’Argent en Ligne, un organisme indépendant, chargé de réglementer et de contrôler les jeux d’argent en ligne.

En définitive, sur le territoire français, seuls les paris sportifs, le poker, et les jeux de cercle sont autorisés. En définitive, uniquement les jeux qui reposent sur le savoir-faire du joueur et sa stratégie et non uniquement sur la chance. Tous les jeux de hasard comme le blackjack, la roulette, les machines à sous et autres craps sont interdits. L’ARJEL fait régulièrement fermés des sites qui ne respectent pas ces conditions, parce qu’ils sont considérés comme illégaux. La législation selon les pays diffère également. Un Casino Gambling au Luxembourg peut être légal là ou un site de Blackjack en Italie doit être approuvée par l’AAMS, et qu’un site de machine à sous est autorisé en Belgique sous conditions, qu’il soit validé par la Commission Belge des Jeux de Hasard.

Jeux d’argent en ligne : ouvrir son compte

Une fois que vous avez choisi le site de jeux en ligne, vous pouvez ouvrir votre compte : cela signifie que vous pouvez vous inscrire sur le site sélectionné, en ayant votre propre espace personnel pour gérer toutes les phases du jeu. La première et fondamentale condition pour procéder à cet enregistrement est avoir l’âge de la majorité, puisque la loi française n’autorise les jeux de hasard que pour les adultes.

Ce n’est pas un hasard si les sites doivent exiger un document d’identification, ainsi qu’une série d’informations permettant de s’assurer de l’existence réelle de la personne. Il convient également de préciser qu’une personne peut ouvrir plusieurs comptes auprès de différents sites de jeux et paris en ligne, mais ne peut pas créer différents noms d’utilisateur.

dés

Comment se font les paiements ?

La loi est également stricte en ce qui concerne les méthodes de paiement, tant dans un sens que dans l’autre. Ils doivent être traçables ; suivre les paiements signifie permettre au fisc de suivre tous les mouvements qui ont permis au joueur de gagner de l’argent. Si, par exemple, quelqu’un vous a crédité de quelque chose ou si vous avez payé une société, un suivi doit être disponible. Bien entendu, pour pouvoir tracer l’argent, il est nécessaire que son mouvement soit effectué par des instruments autres que de l’argent liquide, qui n’a ni nom ni propriétaire.

C’est pourquoi les sites de jeux en ligne reconnus par l’ARJEL n’acceptent que les paiements par carte de crédit, virement bancaire ou monnaie virtuelle (valeur monétaire représentée par un crédit à l’émetteur, stocké sur un dispositif électronique, comme une carte prépayée). Au moment de l’inscription, les casinos en ligne exigent un dépôt qui activera le compte afin de pouvoir commencer à jouer aux différents jeux.

Jouer sans payer

Il reste cependant possible de jouer pour le plaisir, c’est-à-dire avec des jeux de démonstration qui ne nécessitent pas de paiement et, bien entendu, ne libèrent pas de gains en espèces non plus. Selon les casinos et sites de jeux en ligne, pour jouer en s’amusant, il faut s’inscrire ou non. Certains sites permettent en effet de jouer avec ces démos sans exiger de dépôt, simplement en entrant ses coordonnées personnelles.

Les versions gratuites sont largement utilisées par ceux qui, avant de commencer à jouer de l’argent, veulent tester un certain jeu, en apprendre les caractéristiques, les règles et comprendre les véritables chances de gagner afin de mieux gérer leur capital à investir. Dans ce cas, une aide précieuse supplémentaire est apportée par le service d’assistance, qui est essentiel pour mieux comprendre non seulement le fonctionnement des différents types de jeux, mais aussi et surtout pour dissiper les doutes concernant les questions qui pourraient persister chez un utilisateur.

Jeux d’argent en ligne : légalité et fonctionnement
Laissez votre avis