Le passeport batterie : une mesure efficace pour réduire l’empreinte carbone des véhicules électriques en Europe

0
371

Généralement, le passeport batterie figure parmi les mesures prises par l’Union européenne pour réduire l’empreinte carbone des véhicules électriques. En effet, il s’agit d’une information standard qui suit la batterie et accompagne chaque auto tout au long de son cycle de vie.

L’Union européenne a mis en place cette initiative pour garantir auprès des consommateurs et des fabricants qu’une auto est conforme aux exigences de l’Europe en matière de performances environnementales, de sécurité et de qualité. Elle a également pour objectif d’améliorer la traçabilité des batteries et de renforcer la confiance du public dans les véhicules électriques sur le marché.

Sommaire

À quoi sert le passeport batterie ?

L’objectif principal du passeport batterie est de fournir un ensemble de données et d’informations correctes et précises aux propriétaires et aux utilisateurs de véhicules électriques concernant la performance et la qualité des batteries. Grâce à ces informations, les utilisateurs sauront si la batterie remplit les spécifications techniques requises et seront mieux informés sur ses performances.

Le passeport batterie fournit également des informations importantes telles que :

  • La capacité nominale de la batterie ;
  • L’estimation de la durée de vie de la batterie ;
  • Les conditions d’utilisation recommandées ;
  • Les effets sur l’environnement.

Cela permet aux consommateurs de mieux comprendre le fonctionnement de la batterie de leur auto et de prendre des décisions plus éclairées lorsqu’ils achètent une voiture électrique.

Comment est-il mis en œuvre ?

Le passeport batterie est une initiative conjointe de l’Union européenne et des constructeurs automobiles. Pour mettre en œuvre le système, chaque batterie doit être accompagnée d’un document composé d’un ensemble de données et d’informations. Chaque batterie est ainsi unique et possède ses propres caractéristiques, dont certaines peuvent être prédéterminées par le constructeur, et d’autres qui ne peuvent être déterminées qu’à l’aide de tests approfondis.

En fabriquant une batterie, le constructeur automobile doit en effet établir un document officiel contenant toutes les informations pertinentes relatives à la batterie, y compris la taille, le type, la capacité et la durée de vie estimée. Ce document est appelé « passeport batterie » et doit être donné à chaque acheteur de voiture électrique.

Quel est l’impact du passeport batterie ?

Passeport batterie pour voiture électrique

Le passeport batterie a un impact positif sur les consommateurs et les fabricants : ils sont mieux informés sur les performances et la qualité des batteries et peuvent prendre des décisions plus éclairées lorsqu’ils achètent une voiture électrique. En outre, ce système aide à améliorer la transparence et la traçabilité des batteries et à encourager les fabricants à concevoir des batteries plus sûres et plus respectueuses de l’environnement.

Enfin, le passeport batterie contribue à améliorer l’image des véhicules électriques et à augmenter la confiance du public envers ces modèles de véhicules, ce qui pourrait conduire à un accroissement de leur adoption à l’avenir.

Quand est-ce que les passeports batteries seront officiellement disponibles ?

L’année dernière, en mois d’avril, 11 sociétés se sont ralliées pour former un consortium allemand. En effet, ce consortium allemand avait pour but de développer une classification commune et des normes, dont le partage d’informations sur les batteries. Pour information, BMW, BASF et Umicore figurent dans la liste de ces 11 sociétés. Cette initiative est financièrement soutenue par le gouvernement allemand, avec un budget atteignant les 8,2 millions d’euros approximativement. Le gouvernement allemand a également indiqué que ce tout nouveau concept permettra probablement de faciliter le recyclage de matières premières.

Le Global Battery Alliance (GBA), où l’on peut notamment trouver Tesla ou Audi, a présenté son concept de passeport batterie à l’occasion du dernier Forum économique mondial qui s’est déroulé en Suisse, plus précisément à Davos.

En effet, l’Europe envisage de lancer cette initiative le plus vite que possible. Une déclaration relative concernant l’empreinte carbone devrait être obligatoire à partir du premier juillet 2024 pour les voitures électriques visibles sur le marché automobile du pays. En outre, ces batteries devront renseigner des données qui indiquent leur classe de performance à partir du premier janvier 2026, et ce, liée à leur empreinte carbone. Ces données devront s’afficher sur la face visible du passeport batterie et elles seront assurément présentées sous la forme d’un QR code.

En parallèle, l’Union européenne fera en sorte de fixer des seuils maximums d’empreinte carbone à partir de 2027. En 2030, des proportions minimales de contenu recyclé devront être respectées par les batteries, à savoir :

  • Plomb : 85 % ;
  • Cobalt : 12 % ;
  • Lithium et nickel : 4 %.

Certes, le passeport batterie est une mesure mise en place par l’Union européenne pour servir de garantie auprès des consommateurs et des fabricants que les véhicules électriques sont conformes aux normes européennes en matière de performances environnementales et de sécurité. En effet, le système fournit aux propriétaires et aux utilisateurs des informations détaillées et fiables sur la performance et la qualité de leurs batteries tout en incitant les fabricants à concevoir des batteries plus sûres et plus respectueuses de l’environnement. Ainsi, la mise en place du passeport batterie devrait permettre d’améliorer l’image des véhicules électriques et stimuler leur adoption à l’avenir.

A lire aussi : Le point sur le bonus écologique des voitures électriques en 2022

Donnez votre avis !